Une maman pleure…

Aujourd’hui, mon fils m’a dit qu’il ne m’aimait pas… Comme ça, froidement… Il a même poussé un grognement pour me repousser, le même que quand il y a un enfant qui fait mine de s’approcher du jouet qu’il convoite… Cela me touche beaucoup, j’en suis très affectée….

J’ai beau me dire qu’il me dit ça juste pour voir ma réaction, qu’il me teste sans doute, qu’il doit faire la même chose à son papa, je suis en pleine culpabilité. Je culpabilise de mes absences, de ma fatigue, de mon manque de patience à son égard. Je suis crevée, malade, enrhumée, et son terrible two qui s’installe et se prolonge me laisse épuisée…

Je suis rentrée de vol, il m’a fait la tête. Pendant une heure il n’a pas voulu me faire de bisou. Puis quand je lui ai demandé pourquoi il n’était pas du tout câlin avec moi, il m’a dit qu’il ne voulait pas que je parte au travail. Voir sa petite tête toute chiffonnée m’a laissé un arrière goût amer dans la bouche…Mon fils souffre de mes absences et me le fait payer, c’est vraiment dur à vivre…

Hier il a été odieux, parce que fatigué à son tour, il m’a poussée à bout. En pleine journée blog, j’ai versé une larme, je n’en pouvais plus… Il était impossible de le poser sur le sol, il restait cramponné à moi, tout en me donnant des coups de tête, hurlant et en me griffant le visage et le haut du corps. Il me faisait mal physiquement, mais aussi moralement… Et je pense qu’il le faisait presque consciemment…

Que faut-il que je fasse? Etre plus douce? Devenir plus ferme? Je ne puis changer ce que je suis. C’est vrai que je ne lui laisse plus passer grand chose en ce moment, parce que je sens bien qu’il cherche ses limites! Je ne sais pas si je m’y prends bien, si ce que je traverse est normal, si c’est dû à mon métier d’hôtesse de l’air…

Voilà, aujourd’hui je me sens vidée, mes absences lui pèsent j’en ai eu la preuve. Je sais que dans quelques temps (mois? années?) il m’en voudra moins, et savourera le bonheur d’avoir une maman plus présente, plus disponible, même si ce n’est pas au quotidien… Pour le moment, j’ai beaucoup de mal à encaisser…

Je me sens terriblement Bad Mother quoi… Comme Rock’n mum et Petits diables

Crédit photo © Andrzej Wilusz – Fotolia.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

55 réflexions au sujet de « Une maman pleure… »

  1. pour te rassurer « un peu », je suis a la maison, et ils leur arrivent aussi de me dire la meme chose
    plus que ton absence, c le fait de grandir qui est difficile, les regles de l’ecole,…
    pas simple d’etre parent
    courage a toi ♥

  2. Je ne sais pas si tu fais et je ne suis personne pour te le dire, mais je suis sure que tu fais de ton mieux et c’est déjà très bien. Ma fille me pousse pas mal à bout en ce moment, je prends sur moi mais parfois je perds mon calme aussi et me pose les mêmes questions… Alors je compatis. Je t’embrasse !

  3. Oh :(

    Déjà j’ai envie de te dire de ne pas culpabiliser, ce n’est pas de ta faute.

    Peut-être lui réexpliquer pourquoi tu pars ? Lui expliquer que c’est grâce à ça que tu gagnes de l’argent pour acheter des jouets, à manger, lui permettre de faire des sorties. Nous c’est ce qu’on fait, bien sûr nous n’avons pas ton rythme, mais ça marche plutôt bien. Dis-toi que de toutes façons, même si tu avais des horaires de bureau, il te réclamerait 😉
    Lui parler avant de partir de ce que vous allez faire ensemble à ton retour ? Peut-être prévoir un truc spécial à faire sur plusieurs mois, un projet spécial retour du boulot (un truc tout con, genre un puzzle, une construction, un herbier) ?

    Gros bisous <3

  4. Comme je te comprends…
    Mais si ça peut te rassurer, Minus a dit aussi à ses peluches « J’aime pas maman, j’aime que papa » et je suis à la maison…
    J’ai passé le WE à pleurer, c’était terrible… Je sais que ce n’est pas vrai en fait mais j’ai eu horriblement mal…
    Bon courage !

  5. Ca fait super mal à nos coeurs de mamans, ils sont dur parfois avec nous.
    Ils expriment ce qui ne leur convient pas…
    Ce que j’ai fait avec ma puce qui m’en voulait d’être séparé de son père (et du coup nous ne nous pouvions nous voir tous les jours), je la prenais dans mes bras en la serrant fort. Et je lui disais que j’étais là, tout le temps, même quand je n’étais pas « présente », j’étais dans son coeur, et elle était dans le mien.
    Au fur et à mesure elle a compris que je ne l’abandonnais pas, que je suis là même absente.
    Courage à toi, c’est pas facile du tout.
    Des bizzz

    • grâce à vos commentaires j’ai compris que ce n’étaient pas les mots qui étaient important, mais le message qui était derrière. Je lui explique mon travail, j’espère qu’il a finir par comprendre…

  6. Oh comme ton billet me touche :(
    Je suis passée par ce stade avec ma fille aussi, elle a remis cela quand je suis tombée enceinte de son frère.
    Je pense qu’il est trop petit pour le faire sciemment : te faire de la peine. Ils passent par des phases où souvent ils ont besoin de se rassurer. Tu es absente? Ben oui il faut qu’il comprenne qu’on doit travailler.
    Essayé de trouver des moments de calme et d’apaisement (exemple sur le canapé ou dans un resto qu’il apprecie) pour un tête à tête. Explique lui pourquoi tu dois travailler, tabsenter comme tous les parents mais que ça n’empêche pas que tu l’aimes de tout en cœur et que tu penses à lui. Un jour j’ai dit un truc à ma fille qui est reste : même quand je ne suis pas là je suis toujours dans ton cœur. Je lui répète souvent. L’autre jour à l’école elle l’a dit à une petite fille qui demandait sa maman.
    Prends du temps que pour lui et toi. Partagez des moments de tendresse pour qu’il soit rassuré de ton amour
    Et ne culpabilise pas surtout 😉

  7. le terrible 2 porte bien son nom, ma fille fait le même « cinéma » a son papa qu’elle voit pourtant tous les jours, a peine passe t’il la porte qu’elle lui dit  » pas bisous papa » et s’il essaye d’en voler un c’est la cata, elle hurle, se débat, se met dans un état pitoyable …
    Avec moi, qui suis a la maison elle est un peu plus caline mais c’est quand même pas si simple au quotidien, beaucoup de crises, de pleurs, de colères …
    ne culpabilise pas trop et fais de ton mieux, je crois qu’avec les enfants c’est tout ce qu’on peut faire et puis comme pour tout, ça va se tasser, devenir un mauvais souvenir et d’autres problèmes vont arriver 😉
    courage

  8. Rhooo ma poulette!!
    Je commente pas souvent mais là, il fallait!
    Que ça doit être dur à entendre!!
    Mais ne t’inquiète pas, on va toutes y passer. Il dit ça mais ne me pense pas.
    Il t’aime du plus profond de son cœur et jamais rien ni personne ne lui fera éprouver le contraire.
    Tu es une maman géniale, qui fait tout pour son loulou, qui passe la moindre de ses minutes de temps libre avec lui. Donc ne t’inquiète pas!
    C juste un mauvais moment à passer :-((

    PS : moi je suis « moche » alors tu vois!! 😉

  9. Je crois que si ma fille me disait ça je m’effondrerait aussi. Je suis persuadée que ce n’est qu’une passade, mais je sais que pendant ce temps tu trouveras le temps bien long. Je vous fais des gros bisous à Marjolaine et à toi.

  10. Alors j’y suis passé aussi, quand à la moindre frustration, Lisa me dit « j’ai plus envie de te voir, tu es méchante, je t’aime pas! »
    Aussi dur que ce soit à encaisser, c’est en fait une preuve d’amour. Les émotions, trop fortes pour eux, les submergent et ils les sortent comme ca vient, souvent avec des mots blessants, pour nous faire réagir, pour voir combien ils comptent pour nous. Pour te rassurer, j’en avais parlé à mon toubib qui m’avait expliqué que c’est un passage normal de leur développement… ils tentent de mettre des mots sur leurs émotions, et ce n’est pas toujours les bons mots qui sont utilisés…
    Par contre même après en sachant tout ça, ca me déchirais toujours autant le coeur :/
    Bon courage, ce n’est pas une période facile à passer…

  11. rhhhooo je suis super touchée par ton article…mais non tu n’es pas une BadMother, tu cherchese, tu essaye, c’est juste que parfois, il n’y a rien à faire à part être patiente…cette phase va passer et tu seras à nouveau la plus belle du monde pour lui!
    Courage <3

  12. Oh comme je te comprend ma pauvre…
    Je ne suis pas forcèment de bons conseils, mais j’ai envie de te dire de lui parler, lui parler encore, entre quatre yeux.
    Lui dire que tu comprends sa souffrance, que pour toi non plus ce n’est pas facile de le laisser, que tu l’aimes de tout ton cœur même si il est en colère même si tu dois t’absenter pour ton travail…et lui redire.
    Par contre n’hésite pas à lui dire aussi que tu n’acceptes pas qu’il te tape et qu’il te fasses du mal, ça ce n’est pas possible. C’est sûr qu’il cherche des limites même si c’est dur de lui imposer.
    Au moins il a exprimé son mécontentement c’est une bonne chose qu’il ne garde pas cela pour lui…
    Ce que tu peux faire quand il est dans une colère noire c’est lui dire que tu le comprends, que tu l’aimes et le laisser se calmer dans sa chambre seul en lui disant qu’il revienne te voir dans la salon quand il se sent mieux et lui faire un gros câlin à se moment là…par exemple…
    Bon courage j’imagine très bien ton chagrin….
    Bises

  13. Si ça peut te rassurer, je me suis totalement retrouvée dans tes propos, tu as parfaitement décris l’état d’esprit dans lequel je me trouve aussi et les gestes de ma puce que j’ai du mal à gérer. J’ai l’impression d’être vidée, épuisée. Je ne sais plus trop comment gérer ses crises de colère/frustration qui nous font souvent dépasser les limites de la patience depuis quelques temps, en temps que parents.Je me demande souvent si je fais bien ou mal, que je suis une mauvaise maman, je culpabilise beaucoup de devoir lui crier dessus tellement je ne sais plus comment faire, ni gérer la situation. Nous sommes pourtant ensemble tout le temps, bien qu’elle ait fait sa première rentrée cette année, mais par contre nous travaillons énormément également et elle doit s’adapter à notre rythme malheureusement ! c’est loin d’être évident…alors courage, courage et quelque part ça me réconforte de te lire et de voir que nous vivons tous une période un peu délicate avec nos p’tis bouts.

    • la rentrée scolaire, l’adaptation à un nouveau rythme, le stade de son développement. Oui, c’est certainement une période difficile mais normale…

  14. aie dur dur… sans doute qu’avec la rentrée, il sent le changement, qu’il a une perte de repère et que c « juste » maman qui doit prendre (faut toujours un coupable), suis certaine que vous allez trouver vos marques. plein de courage!

  15. Ping : Toi mon Minus… | Mamour blogue

  16. Ping : Un petit coup d’ongle ? #BadMother #2 | De Quoi Je Me Mél

  17. ENcore une fois tu raconte ces moments en faisant transparaître beaucoup d’émotion ! On ne peut être que touché en lisant ces mots, tes mots et les siens.
    Je n’ai pas de recette miracle. Moi, mon fils venait me voir parfois quand j’étais sur l’ordi et qu’il était là. « Coucou maman, je suis là ! ». la première fois j’ai souris « oui oui moi aussi je suis là ». La seconde, la troisième. Puis je me suis rendue compte. Il est là. Dans la même pièce que moi. J’ai éteint mon ordi et pris cette décision. A partir de maintenant, quand il est là, pas à l’école, je suis là aussi, avec lui , pleinement, complètement. Pas à moitié. C’est dur, parfois je pense à mon blog qui prend du retard, à des projets professionnels qui prennent aussi du retard. mais le temps que je passe avec lui est de meilleure qualité, et son comportement a complètement changé en à peine deux semaine !
    Grosses bises

  18. C’est vraiment dur d’entendre ces mots… Mais je pense que nous avons toutes et tous entendu cela de la bouche de nos enfants.

    Et ça fait très mal.

    Lorsque mon fils me l’a dit, je lui ai répondu que moi je l’aimerai toujours. Je comprends qu’il puisse être faché après moi, ou en colère, mais que quoiqu’il fasse je suis sa maman et l’aimerai fort toujours.

    J’ai eu le sentiment que ça le rassurait. Peut être testait il mon amour pour lui…

    Courage.

  19. Ne culpabilises jamais à cause de notre métier, il est ce qu’il est et nous devons en être fières. Je ne pense pas que nos enfants soient plus heureux ou plus malheureux que d’autres enfants qui voient leurs parents tous les soirs… Ce sont juste des petits malins qui nous testent au quotidien, à nous de ne pas céder et d’affirmer notre rôle de » parent ». Tu es une maman extraordinaire, n’en doutes jamais. Ton fils a tout ce qu’il faut et le plus important: l’amour de son papa et de sa maman même si parfois tu es à l’autre bout du monde. Il en est de même pour ma fille et moi car en plus je suis divorcée et son papa vit au Qatar. Je sais ce n’est pas simple mais restons toujours positives pour leur bien-être. Bon repos à toi et courage !!! 😉

  20. C’est dur de lire ça. Ici hier soir, Little B. a refusé de rester dans la même pièce que moi. Malade, il ne voulait que papa et me poussait violemment si je m’approchais ou essayais de le prendre dans mes bras.J’en ai pleuré. Et pourtant, je travaille à la maison.

  21. Comme c’est dur de lire un billet comme le tien, nous les mamans n’avons peur que de ça finalement. On pense qu’on a raté un truc, ne culpabilise pas, une maman c’est TOUT dans la vie d’un petit garçon

  22. J’ai déjà entendu ça dans la bouche de mon fils. il me disait: « tu pars. On ne sais meme pas ce que tu fais! ». Il maudissait mon métier.
    Un jour, à 6ans, je l’ai emmené (avec mon père) sur un 3 on SXM. Train, Hotel, avion, pot équipage, … Il a vu ce qu’était mon métier (un peu édulcoré je l’admets!).
    Depuis, chaque année, on part tous les 3 avec sa petite soeur aux Antilles « grâce au boulot de maman ».
    Et il me dit que j’ai de la chance. Que plus tard, il voulait faire la meme chose!
    Quant à ma fille (5 ans), elle me donne une peluche à chaque vol pour que je prenne des photos partout où je vais, et quand je rentre, c’est petit cours de géo avec le globe.
    En fait, depuis que je leur fais partager mes voyages, ça se passe beaucoup mieux.
    Un jour, on m’a dit: » ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité ». Avec nos bouts de choux, le principal, c’est d’être là à 100% quand on est là. Malgré la fatigue et les multitudes de choses à faire.
    Bon courage et ne t’en fais pas, il t’aime comme un fou.
    On n’a pas un métier facile…

  23. Faisant le meme metier que toi je vis exactement la meme chose actuellement et c est tout juste horrible elle ne veut plus rentrer a la maison prefere etre avec ses copains de nounou et dit que je suis pas gentille mais que papa oui!!!
    C est super!!!. Tout ce que l on veut entendre de sa progeniture que l on cherit tant on m a dit que c est de la pre pre adolescence mais je dois dire que je suis desarmee pour le moment

    Bon courage et ne lache rien quand meme

  24. Je crois que l’essentiel a été dit dans la la plupart des comm de la patiente que ton métier n’est en rien la cause…les enfants surtout a cet âge en use, teste, il a besoin d’une maman solide qui reste ferme, il a besoin d’avoir confiance, d’être rassurée sur ta capacité à le gérer….fais tu un calendrier avec lui quand tu pars pour qu’il se rende compte du temps qui passe ? Fais tu un tableau du comportement à avoir en tant qu’individu avec un panier récompense (quand plusieurs comportement positif) ? Et outre le fait qu’il faut avoir un temps individuel avec ton fils en prends tu pour toi seulement pour montrer à ton fils qu’à travers ton métier tu t’épanouies ? Ne pas culpabiliser et prendre du recul, respire…ton enfant t’aime et t’aimera quoi qu’il arrive….

    Bon courage en tout cas :)

  25. Oh ma pauvre Isabelle je pense que je serais dans le même état.mais pas le choix faut bosser.explique lui bien pourquoi on doit bosser …moi je bosse que le matin mais les jumeaux sont aussi horrible avec moi aprem ils me testent tous les jours… c’est des moment dure à passer c’est normal ….courag ma belle et tkt tu es une super maman

  26. Oh non…. J’aime pas te savoir comme ça :(. Tu sais, je pense qu’on traverse toutes ou presque ce genre d’épreuve, même en étant à la maison. Pas forcément dans le même sens que toi mais ça nous touche.

    Par exemple moi j’étais à la maison non stop et James m’envoyait bouler avec des « toi tu rentre à la maison » quand on passait voir ses grands parents. ça fait mal aussi.

    Quand je l’avais avec moi et je devais bosser c’était des « aller maman, tu joues un tout petit peu avec moi et après je te laisse tranquille et tu travailles ». Je peux te dire que je culpabilisait +++.

    Maintenant je travaille à l’extérieur, toute la semaine je suis rentrée trop tard pour aller le chercher, je l’ai retrouvé presque au lit. Il me l’a fait payer aussi.

    C’est dur mais oui, ton petit coeur t’aime! Je n’ai aucun doute là dessus! Nos enfants nous testent (tu as vu mon article ou je te citais au fait? Tu as vu ce à quoi je suis confrontée ;)). c’est normal, ça leur passera. Tu es une super maman et il te le dira lui-même dans peu de temps ♥

  27. Bonjour,

    Je suis très touchée par cet article. Je visite beaucoup de blogs de mamans et autres, mais je laisse rarement de commentaire. En tant que maman d’un petit garçon de 4 ans, j’ai envie de t’apporter également mon petit soutien.

    Tout comme Marjolaine mamour, mon fils m’a dit la même chose il n’y a pas longtemps. Pourtant j’ai arrêté le boulot il y a 1 an. La culpabilité est un sentiment normal et humain. Lorsque l’on suit ses rêves et que l’on va au bout de sa passion, il arrive que l’on doute, que l’on remette parfois tout en question … Ton métier n’a rien à voir là dedans. Tu n’es pas une mauvaise mère, tu es une maman qui a choisit de suivre son propre chemin et si aujourd’hui les absences sont difficiles à gérer pour ton petit garçon, un jour il sera fière de toi et conscient des valeurs que tu lui as transmit : la passion, aller au bout de ses rêves, la force (parce que ton métier est loin d’être de tout repos, mon mari est pilote et je sais ce que tu peux endurer). Quand tu es loin, il est avec son papa, tu dois avoir un mari extraordinaire ! Je connais une hôtesse qui doit faire garder sa fille par sa maman, là c’est plus difficile …

    Courage pour ta grossesse, courage avec ton p’tit loup et à bientôt :)

  28. j’ai eu le même questionnement il y a de ça 2 ans environs, mon fils devait avoir 4 ans, il est jalou maladif de sa petite soeur et il me donner des coups ! J’ai donc été plus ferme car pour moi un enfant n’a pas a taper et encore moins ses parents. Du coup il a arrêté de me taper… mais quand il est en colère à cause de sa soeur et parce qu’il se sent rejeter il tape dans les objets et ce met dans une colère noir il hurle jusqu’à ne plus pouvoir et se fait même mal physiquement ! Il va souvent jusqu’à me dire que de toute façon il veux rien faire avec moi et qu’il ne m’aime pas ! Mais sur ce point la ne jamais dire je m’en fiche. Je dis toujours : c’est bien dommage parce que moi je t’aime très fort. En général ça le calme plutot vite puisque ça le rassure. Je pense que oui ton fils cherche surement tes limites mais il doit chercher aussi à savoir si tu l’aimes . Je sais ça a l’air bête comme ça mais contrairement à ce qu’on pense un enfant ne sait pas tous ça d’instint, alors certe on leur montre on leur dit mais des fois ils ont besoin de l’entendre à un moment précis… bon courage des bisous

  29. Oh comme je te comprends… je suis dans le même état d’esprit que toi, me pose les mêmes questions… sauf que ce ne sont pas mes absences qu’elle me fait payer, mais celles de son père :'(
    Ma fille tape, crie, pleure pour tout… et je suis désemparée…
    Ne culpabilise pas, reste comme tu es avec lui, il reviendra tout seul parce qu’au fond il fait ça parce qu’il t’aime…
    Courage <3
    PS : Tu peux venir en MP m'expliquer un truc dans Planes ?? Ma fille m'a fait la misère pendant la séance et y'a un truc que j'ai pas suivi !
    Bisous

  30. Ouf
    Des mots difficiles a entendre
    Mais il est petit « je t aime pas » n est pas son sentiments reel mais plutot une tristesse ou une colere qu il a
    cette phrases dur il te l a dit pour la 1er fois et il te la redira il ne faut pas penser avoir mal fait
    Repond lui « ce n est pas grave moi je t aime quand meme »
    Parler de tes absences dut a ton travail peux lui faire du bien et il t en fera aussi
    Alors oui hesite pas a reparler de ce sujet avec lui de lui expliquer que tu pars pour le travail et pas parceque tu l aime pas
    Propose lui de lui laisser une photo des endrois ou tu vas .. ou de la sortir d avance du net avant de partir pour qu il sache ou tu es
    Ca peut etre simpas pour lui 😉
    Mais surtout ne culpabilise pas ce n est pas de ta faute
    La plus part des enfants passe par la
    Bises et
    Bonne nuit

  31. Je pense que les enfants testent et vers 3 ans, « challengent » leurs parents.
    Mon fils de 3 ans 1/2 me posent beaucoup de questions sur « pourquoi tu travailles? », « pourquoi tu pars tôt? » (je pars à 6h45 et vais rarement le chercher à l’école) ect. Alors je lui explique et ré-explique que le travail de maman permet de payer les courses, les vacances, les cadeaux ect…
    Peut-être que tu peux construire avec lui un calendrier avec les temps où Maman est là et Maman en vol. Pour lui permettre de se rendre compte du nombre de dodo d’absences, par exemple. Je pense que tu peux lui expliquer qu’il a quand même de la chance d’avoir une Maman très disponible quand elle est là contrairement à des mamans comme moi avec des horaires de bureau :-)
    J’espère que ces quelques mots t’auront aidée.
    Ce n’est pas facile et je te souhaite du courage.
    Ne culpabilises pas de ton métier…
    Amitiés,

    • Je vais réfléchir au calendrier, je vais demander à la maitresse où ils en sont à ce niveau là, et si elle a des astuces pour en mettre un en place…

  32. nous sommes passés par là… y compris une certaine violence physique… sans vouloir paraitre mère indigne, les mots ne m’ont pas fait mal, parce que je sais que c’est la colère qui parait. Par contre, ces mêmes mots disaient une souffrance évidente. nous avions vu une psy à l’époque. elle a été catégorique. ne rien laisser passer. même sa souffrance ne devait autoriser certains actes. Elle nous a conseillé (entre autre) de lui parler clairement. Genre la grande discussion. on l’a fait dès le lendemain… « on comprend que… MAIS, les règles sont ce qu’elles sont. Ce n’est pas toi qui décide. Il est interdit que tu fasses ça ou ça… ce n’est même pas une question de bien ou pas bien, c’est interdit! Tout ne se passe pas comme tu le voudrais. on peut le comprendre. Mais nous, parents, on fait de notre mieux, on décide ce qui est bien et pas bien. Et que ça te plaise ou non, les règles sont les règles. Papa rentre tard. C’est comme ça. ça ne l’amuse pas non plus. Mais on n’a pas le choix. etc. « on a été assez ferme dans l’intonation, genre on est super sure de nous… on avait répété! 😉 je ne vais pas te dire que du jour au lendemain tout s’est arrêté, mais on a vu un net changement très vite. il se trouve que, en tant que parents assez rigides, on pensait que ses soucis venaient de là… du coup, on avait relâché très légèrement le cadre… la psy a aussi été catégorique sur ce point: votre enfant un besoin d’un cadre ferme et rigide pour se sentir en sécurité… bon… ok… et on se rend compte encore aujourd’hui que dès qu’on lâche sur un truc, ça finit systématiquement mal.
    Je te souhaite plein de courage. ce sont des moments difficiles!

  33. Très touchée par ton texte.
    Je suis maman d’un adorable petit garçon de 18 mois très très expressif… Donc je comprends ce que tu ressens.

    Je sens que ton fils souffre de tes absences quand il te dit ces terribles mots. C’est justement parce qu’il te fait confiance qu’il peut se lâcher, bien sur c’est très maladroit de sa part et il ne pense pas a mal quand il te le dit. C’est aussi humain de ne pas aimer ou d’aimer H24, notre degré d’amour est variable même pour la personne qu’on aime LE PLUS AU MONDE. Un enfant ressent fortement les choses, c’est pourquoi cela parait très brutal pour sa maman ou son père.

    Je te recommande de lire des choses sur l’éducation ou la communication non-violente (y’a des blogs,sites web, sur FB). ça permet de prendre du recul par rapport aux fortes émotions des tout-petits ou enfants.

    Quand je rentre du travail le soir, je ne fais plus rien maintenant, je joue avec lui, je le regarde jouer surtout et il est ravi maintenant, car avant c’était des hurlements, impossible pour moi de faire quoi que ce soit dans ces conditions. Qualité de la relation, il est plus proche de moi du coup.

    Je retiens le conseil : quand je suis absente, je suis toujours dans ton coeur.

    Bon courage a toi.

  34. C’est certain que ces mots les mamans ne veulent pas les entendre de la bouche de leur enfant… oui ça fait mal. Titinou a eu une passe difficile entre 16 et 22 mois (avant puis après la naissance de sa soeur)… elle testait vraiment les limites et nous poussait à bout. Avec papa-facteur on a pas cédé. Cela me faisait mal au cœur mais il le fallait pour la suite. Je pense que si elle avait pu parler à ce moment là, on aurait certainement entendu cette terrible phrase de sa bouche. A la place, elle était assez violente avec moi: elle me tapait, me pinçait et me mordait! Puis tout c’est amélioré lorsque qu’elle a eu 2 ans, qu’elle a pu commencer à mettre des mots sur sa frustration. Et pour finir, c’est au moment où j’ai commencé à garder une petite fille de 7 mois son aînée… la petite était gentille et « douce » avec moi et je dois dire que cela a vraiment eu du bon pour la mienne. Voilà…

  35. Comme je te comprends, je vis un peu les memes choses meme elles sont différentes car j’ai deux filles et pas un ptit gars. c’est au quotidien que papa est present (qu’il soit la ou pas) tout ce que je dis ou fait n’est pas aussi bien que papa, les calins les bisous c pour lui plus pour moi. c’est dure et comme toi parfois mon mouchoir, c’est mon blog. Dur d’entendre son bebe nous dire qu’il ne nous aime pas. On a beau savoir qeu cela n’est pas vrai, que c’est un passage, une mnière de s’affirmer… ca fait mal de l’netendre… bon courage <3<3<3

  36. est ce que ça va mieux depuis? comme je te comprends…la mienne m’a fait ça, par contre plus petite vers 18-20 mois donc pas encore les mots blessants, mais elle m’ignorait, refusait mes calins à mes retours de vols, et collait son père en me toisant…mon coeur se brisait en mille morceaux…mais ce ne sont que des passades..aujourd’hui elle me fait la fête à chaque fois… je lui explique tout le temps, quand je prépare la valise, que je dois aller travailler pour pouvoir gagner des sous, acheter à manger, ses vêtements, ses livres qu’elle aime tant…que j’aimerai mieux rester avec elle, mais que c’est comme ça. et puis que j’aime mon métier malgré tout, qu’elle ne pense pas que ce soit un calvaire non plus. elle gère très bien maintenant, il y a juste qq regards tristes quand elle me voit mettre l’uniforme…je m’attends à d’autres moments difficiles ou reproches, ça va être dur d’encaisser… alors courage Isa, de tout coeur avec toi…autre chose qui l’aide beaucoup, je ne sais pas si tu connais l’appli whatsapp? à chaque escale je lui envoie une petite ‘ note audio’ et son papa lui fait écouter à son coucher, comme ça maman lui souhaite bonne nuit, et lui dit qu’elle rentre très vite, et ça même si moi je suis injoignable, elle a mon je t’aime à ce moment important…

  37. Ping : Coucou Maman, je suis là ! - simplement moi

Un commentaire?