Un papa sans ailes

dad and baby

Cédric est un de mes collègues Steward, tout jeune papa. A la suite de celui de son épouse, il a pris un congé parental. Il nous livre son très touchant témoignage avec toute sa sensibilité de papa qui découvre son nouveau rôle et fait connaissance avec son fils!

« Bon Beh voilà, fini mon congé parental… Demain je retourne à la cité des étoiles et je pars pour l’autre bout du monde. Il est donc temps pour moi de faire un bilan de ce congé. Les débuts ont été chaotiques. Comment faire avec un bébé, que finalement je connais à peine? Comment faire avec un bébé que je n’ai vu que par intermittence? J’ai passé plus de temps dans les avions où dans les hôtels à l’autre bout du monde qu’avec mon fils.

Et puis il faut dire que je n’ai pas été très aidé. Dès le départ, une gastro pour me fêter la bienvenue, suivie d’un beau rhume… Et pour combler le tout, sa mère lui manquait et je n’entendais que des « maman » a longueur de journée. Comment faire? Voilà la question que je me suis posé pendant 15 jours. J’ai simplement courbé l’échine, et j’ai vécu chaque jour les uns après les autres. De lessives en lessives, de ménages en ménages, de repassages en repassages, courses, repas… Bref l’emploi du temps traditionnel d’une femme au foyer… Non pardon, d’un homme au foyer.

Au bout de quinze jours, j’ai failli jeter l’éponge. Je n’avais qu’une envie, reprendre les vols. Marre des cris, des pleurs, des nuits blanches à essayer de calmer un enfant qui ne voulait rien savoir et qui ne voulait que sa mère. Entre 2 escales, elle revenait à la maison et le petit était super excité. Il n’attendait que ça, le retour de sa maman. Et moi je ne servais qu’à faire les basses besognes.

Et puis un jour, un sourire, puis un rire, puis des bras tendus, des  » papa » qui font chaud au coeur. Le temps pluvieux a fait place aux belles journées froides certes, mais ensoleillées. Les nuits se sont faites plus calmes, et plus longues. Le matin, je n’attendais que le son de sa voix pour pénétrer dans sa chambre. Il était là, assis dans son lit en train de parler à ses peluches. Et tous les matins, je n’avais qu’une hâte, voir son premier sourire lorsqu’il me voyait.

Les longues journées se sont faites de plus en plus courtes. Mon fils a su également se faire comprendre de son papa, et une relation fusionnelle s’est petit à petit installée. Tous les jours, lors de nos balades, j’ai croisé plein de mamans toutes étonnées de voir un papa avec un sac à langer, en train de donner un biberon les bras chargés de courses. Suis je un rare spécimen?

Combien de fois j’ai pesté contre les personnes qui m’ont fermé la porte au nez alors que j’étais avec une poussette? Avez vous remarqué qu’on fait des places de parking pour Personnes à Mobilité Réduite, mais aucune pour des voitures avec poussette? Et pourtant on a besoin de place pour sortir un enfant de son siège auto, déployer la poussette et la mettre en sécurité. Mais rien. Et combien de voitures se sont garées en me collant avec impossibilité d’ouvrir la portière? Que faire? Laisser la poussette avec le bébé sur la voie publique le temps de sortir la voiture? Ou bien se contorsionner pour mettre le bébé dans son siège? Mon dos peut vous expliquer tout ça mieux que moi.

Demain je vais donc reprendre le chemin du travail le coeur lourd. Si ce n’était pas le fait qu’il faut bien gagner sa vie, j’aurai volontiers signé pour repartir. Le congé parental est une aventure formidable et je conseille à tous les papas de la tenter. Mon petit trésor va tellement me manquer que l’année prochaine je vais doubler la mise. Il y a finalement qu’une chose que je ne comprends pas, pourquoi appelle-t-on ça un congé? Car c’est tout sauf un congé… »

Retrouvez moi sur ma page Facebook pour en discuter: https://www.facebook.com/Flying.Mama

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 réflexions au sujet de « Un papa sans ailes »

  1. Vraiment j’adore alors pour les places ici on en trouve de plus en plus dans les magasins. Mon mari ne la pas pris mais quand il est en conger ne veut pas reprendre car ses fils lui manque il voit tous ce qu’il rate et n’est pas le.dernier pour une couche sale ou les tache menagere. Il me dis je suis plus fatiguer que de bosser mais c bon….
    Super témoignage de se papa.

  2. très joli témoignage, plein d’amour et d’envie de connaître son fils. je voudrait juste faire une remarque : oui il existe de places pour les « jeunes parents ». je ne sais pas où ton collègue habite, mais perso où je travaille (je suis hôtesse de caisse) il y a des places réservées et marquées d’une poussette (et pourtant il n’y a que 3 000 habitants !!)

  3. Je suis moi aussi navigant. J ai eu la change de prendre 6 mois de parental pour garder mon gamin de 12 mois à l époque… Je me suis éclaté! Un boulot à part entière. Une expérience tellement enrichissante! Un rapport père fils qui nous a encore plus rapproché que je conseille à tout les futurs ou jeunes papa qui en ont la possibilité.

  4. Superbe ! Je suis maman depuis 8 semaines, après de longues années d’attente… Quel bonheur ce premier sourire, meme à 4h du matin, c’est indescriptible ! Le papa a lui aussi décidé de profiter de sa fille en prenant un conge parental à temps partiel de 3 mois, à la suite du mien. je ne doute pas qu’il en tire autant d’épanouissement :-)

  5. Ping : La valise lourde - Flying-MamaFlying-Mama

  6. Ping : La valise lourde - Flying-MamaFlying-Mama

Un commentaire?