Et s’il partait avant moi, perdre son enfant…

perdre son enfant

Perdre son enfant…

Je ne suis pas très en forme en ce moment, d’ailleurs depuis que je suis maman, j’ai des idées noires. Il semblerait même que j’ai perdu mon insouciance… Je pense même que j’ai découvert la peur, celle qui te poursuit où que tu ailles, celle qui te paralyse, celle qui te terrifie plus qu’aucune autre… Celle de perdre son enfant…

Comment survivre à son enfant? Comment continuer à respirer quand celui à qui on a donné la vie n’est plus? Comment avancer, comment sourire, comment rester dans un monde qui ne connait plus son enfant? Est-ce que quand l’enfant que l’on a mis au monde n’est plus, on cesse d’être mère?

Je crois que je ne voudrai plus vivre, mais je crois que je resterai, pour qu’un petit bout de lui survive au moins jusqu’à ce que je disparaisse à mon tour… Je resterai, mais je ne serai plus vivante… Je resterai, mais je serai hors du monde… Je resterai, mais je serai avec lui…

Nous ne faisons pas des enfants pour que tout s’arrête comme ça… Nous faisons des enfants afin qu’ils aient une belle et longue vie, qu’ils soient heureux, que tout leur réussissent. Nous faisons des enfants pour qu’ils aient envie d’en faire à leur tour, pour qu’ils fassent du monde un endroit où vivre en paix… Et pour qu’ils quittent le monde en ayant vécu tout ce qu’ils souhaitaient, longtemps après nous…

Une autre maman qui a peur mais qui lutte contre ses démons et la peur de perdre son enfant: Maman anonyme

Rendez-vous sur Hellocoton !

30 réflexions au sujet de « Et s’il partait avant moi, perdre son enfant… »

  1. Cette peur là qui nous hante chaque jours, chaque nuits..
    Une peur insondable contre laquelle on a du mal à lutter et qui persiste à rester.
    Je ne peux imaginer vivre sans lui.. survivre si jamais il lui arrivait quelque chose.
    Alors je le protège du mieux que je peux, aussi fort que possible.. tout en me disant que je ne pourrais éternellement le faire. J’essaie de lui donner les armes pour se protéger, du bon sens, de la justice.. En priant pour qu’il parte longtemps après moi et surtout heureux, sans regrets.

    Merci pour ce billet si touchant..

  2. C’est une angoisse qui est tapie dans un coin bien refoulé de ma tête… Mais dès que j’apprends le décès d’un enfant, mon cœur de maman ne peut s’empêcher de pleurer.
    La vie nous dit d’avancer malgré tout, même si elle perd tout sons sens – bon courage à toi et ton amie…

  3. Bonjour

    Je me retrouve totalement dans ton témoignage … auparavant la peur ne m’effrayais pas tout du moins je n’y pensais pas … ais tout à changé il y a 2 ans.
    Peur de partir trop tôt et de devoir laisser mon petit bout face à monde qui peut parfois peut être impitoyable et peur qu’il ne parte trop tôt avant moi comme tu le décris si bien.

  4. J’ai aussi ces idées noires… J’ai compris très/trop brusquement que même ce qui n’est pas dans la nature des choses peut arriver…
    Ma maman fait partie de ces mères-là… je l’ai perdue à ce moment-là :'(
    J’ai un billet à ce sujet qui reste à l’état de brouillon, j’ai du mal à mettre des mots sur tous ces maux… Peut-être vais-je retenter…
    Bisous et courage.

  5. Je crois que toute maman y pense, à un moment ou un autre.

    Nous, nous en avons eu particulièrement peur à deux reprises :
    Quand, à 6 mois, Schtroumpfette a du passer un IRM cérébral pour suspicion d’hydrocéphalie.
    On nous disait qu’elle aurait une intervention lourde et dangereuse, avec des sequelles probables… Et finalement, rien à l’IRM. Soulagement.

    Puis récemment : Gremlins a 4 ans, Il est patraque. Fièvre, maux de tête. Puis vomissements.
    Le doc l’envoie en urgence à l’hopital pour méningite.
    Ponction lombaire annulée à la dernière minute car résultat de la pds bons.
    Nous reviendrons 5 fois en 8 jours à l’hopital.
    A chaque fois, on nous renvois chez nous.
    Sauf la dernière où je hurle ma colère et ma peur : mon bébé de 4 ans a 41° depuis près de 5 jours ! Ne mange et ne bois rien depuis près de 3 jours !
    Radio, écho, puis hospitalisation pendant 5 semaines. Mon bébé se mourrait, sans que personne ne voit rien, n’entende rien.
    Chaque fois que j’y repense, je pleure…

    • J’ai connu la même chose que toi avec T-Biscuit quand il avait 4 ans également. Par contre, la ponction lombaire, il l’a eu … Lui aussi se mourrait sans que les 3 médecins vus n’aient rien vu / fait.

      A 9 mois, il nous avait déjà fait très peur en devenant amorphe d’un seul coup. J’avais tellement paniqué que je l’avais fait vomir pensant que quelque chose gênait sa respiration. Bien sûr, ce n’était pas le truc à faire. Cette fois là, il avait eu un électro-encéphalogramme.

      Aujourd’hui, je pense fort à mes anciennes collègues dont les enfants se battent contre un cancer depuis déjà 4 ans, sans d’amélioration …

      Tout cela, ça bouleverse.

      Mon arrière grand-mère a survécu à son fils, mon grand père. Pourtant il est décédé à 60 ans. Mais elle à 96 ans.

  6. J’ai aussi mes périodes à idées noires !
    J’ai aussi perdu mon insouciance en devenant mère !
    Parfois surviennent dans mon esprit des images d’accident avec un (ou les 2) de mes enfants, images réalistes pourtant n’ayant (encore) jamais eu lieu ! Après ça je suis en panique !
    Quand à comment leur survivre ? je me pose la question, en général quand je commence à me la poser je sais que je vais broyer du noir pour la journée au moins !
    Bon courage !

  7. je suis plutôt d’un naturel positif,mais c’est vrai que concernant les enfants,depuis que je suis maman,je suis comme toi moi insouciante…mais comme pourrait dire nos anciens:
    « la peur n’évite pas le danger »
    et j’ai pu le remarquer,plus nous sommes inquiets,plus nous transmettons cela à nos enfants..donc on y va va keep cool les filles,ok?

    Mais c’est dans ma nature,je suis comme ça,je ne peux pas penser à un éventuel,possible,peut-être,sait-on jamais,départ de mon enfant avant moi…..

  8. J’y pense souvent.
    Trop souvent.
    Rien à faire, ça revient.
    Surtout quand tu sais que tu n’auras probablement plus d’autre enfant.
    Et que ta propre mère a survécu à la perte d’un fils.
    Franchement, j’ai bien l’impression qu’une partie d’elle-même est pas partie avec lui, pour être tout à fait franche…

  9. J’ai pour habitude de dire que dés qu’on tombe enceinte on s’inquiète, la peur va de paire avec la maternité,elle ne nous quitte plus jamais.Je pense que c’est pareil chez les pères aussi 😉
    Personne n’est préparé à la perte de son enfant et quand elle survient, c’est la pire injustice, inversant l’ordre des choses, moi aussi ça me terrifie..
    Après il faut savoir faire la part des choses et se raisonner aussi, j’ai vu des maman tellement surprotectrices et étouffantes qu’elles empêchaient leurs enfants de faire des expériences comme aller au centre aéré ou en colo par exemple, aller jouer chez un copain ect..

    • c’est un peu le cas dans une partie de ma famille;les enfants n’avaient pas de liberté,hormis celle créée dans le cocon familliale…peu d’épanouissement extérieur….c’est bien dommage je trouve!

      • Je trouve aussi  » l ‘exterieur » apporte aussi des choses aux enfants, à chaque colonies de vacances, ils reviennent plus autonomes par exemple :-)

  10. Lorsque que l’on devient mère, cette peur arrive brusquement…
    Ça fait peur, très peur.
    Je ne vis que par mes enfants, j’oublie la mienne pour être la plus super des mamans pour eux 3 ♥
    Souvent cette peur m’obsède le soir, c’est une réelle souffrance, c’est ma plus grande peur…
    MERCI pour cet article qui prouve qu’on est toutes pareilles face à cette « pensée ».

  11. Qu’est ce que je me retrouve dans ton article !!!
    Depuis que je suis tombé enceinte de ma fille, la moindre anomalie me fait peur !! Déjà lors échographie je ne sais pas pourquoi à chaque fois j’avais peur qu’elle ne soit plus là. Quand elle est née j’ai dis à son père de la suivre pour les examens. Les nuits impossible de dormir, toujours vérifier qu’elle respire.
    Et le retour à la maison le plus dur !! Le baby-blues à chaque fois que je la regardais je me mettais à pleurer soit parce que je la trouvais trop belle soit parce que j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose.
    J’ai passé des nuits entières à ne pas dormir de peur qu’il lui arrive quelque chose pendant son sommeil. J’ai du investir dans Angel Care afin de pouvoir passer des nuits à peu près correct, et encore aujourd’hui je l’utilise ça me rassure mais j’ai toujours de petites peurs.
    Il n’y a pas une journée ou je ne pense pas au malheur.
    Merci pour cette article, et effectivement je pense qu’une fois maman on a toute cette peur.

  12. Effectivement cette peur est toujours là même quand ils sont beaucoup plus grands mais elle devient moins pesante……….
    S’il devait leur arriver quelque chose je sais que je n’y survivrai pas….
    Bises

  13. Je sais que je n’y survivrai pas et j’ai encore plus peur depuis que j’en ai 2.
    En perdre un et devoir rester pour l’autre est ma pire angoisse.
    Quand je pense à mma belel mère qui a perdu 2 de ses 5 enfants…Elle était pourtant la joie de vivre mais je sais pas ou elle travait ce courage… dans ses 3 autres enfants probablement…

  14. Mais carrément!!! Je ne suis peut être pas une maman mais je ressens tout à fait ce que tu décris. Cette angoisse est apparu le jour de la naissance de ma première fille.
    J’y pense souvent et je culpabilise en me disant que cela pourrait attirer le mauvais oeil . Ça devient encore plus dur lorsque j’entends des histoire d’enfants partis trop vite.
    Merci pour cette article ça m’a permis d’extérioriser ce que je ressens

  15. Comme toutes les mamans j’ai cette peur au fond des tripes, à en faire des cauchemars, à en pleurer, à vouloir serrer mes deux amours très très fort et ne jamais vouloir les lâcher. Tout ça exacerbé par la perte de mon tout premier, pour petit ange parti trop tôt, donc je n’ai jamais vu le sourire.
    Parfois je me dis que je ne suis pas assez solide pour supporter cette peur.
    Merci de partager ça, on n’est pas seules…..

  16. Ping : Ailleurs sur la blogo #36

Un commentaire?