Le GPS foireux de l’enfer

GPS foireux

J’avais déjà eu de mauvaises expériences avec des GPS foireux de toutes sortes. Ceux qui t’envoient dans la ville du même nom, mais pas dans le même département, ceux qui persistent à te faire prendre les grands axes, ceux qui te font croire que tu vas mettre une heure alors qu’en fait ça sera plutôt 3, ou ceux qui préfèrent le chemin le plus court, même s’il y a maintenant un sens interdit.

Le GPS, foireux et ses propositions merdiques, je crois que je pourrais écrire un bouquin dessus si on me le proposait. Parce que là, j’ai eu un champion du monde! Et c’est pourtant celui de Google Maps qui m’a (mal) guidée, et qui a failli me mettre dans un très gros embarras! Le GPS de Google, il est, me semble-t-il, censé se mettre à jour tout seul, et savoir reconnaître des routes qui n’en sont pas. Mais pas le mien. C’est un GPS foireux exceptionnel.

Vendredi, après avoir donné à manger à mes chats de façon conséquente, je ferme mon appartement à clé et je l’abandonne pour 24 heures. Je vais dans l’est, voir mes copines qui me manquent énormément. Je rentre l’adresse de Valérie Allomamandodo dans mon téléphone, et le GPS me prévois 2H15 de trajet. Ok, nickel, j’arriverai en même temps qu’elle et nous allons passer enfin du temps ensemble avant de nous rendre chez Amélie Épicétout qui vient d’avoir une merveilleuse petite fille que nous n’avons pas encore rencontrée!

Évidemment c’était sans compter les bouchons du vendredi soir, trois accidents, une panne. J’ai mis plus de trois heures finalement. Mais le pire n’est pas là. L’apothéose de ce petit voyage en Champagne, c’est que le nom de la rue de mon amie est aussi le nom d’une colline dans le même coin. Il est tard, je suis crevée et je n’y vois goutte, nuit oblige.

Le GPS foireux me demande de tourner à droite, j’obtempère. Il me reste 450 mètres avant d’arriver. J’emprunte un chemin non éclairé qui ne ressemble pas du tout à une route. Mais bon, c’est la compagne ici, et la maison, mon amie, et une coupe de Champagne sont peut être au bout du chemin! Je roule quelques dizaines de mètres, ça commence à grimper sérieusement. Il y a des l’herbe, des cailloux, de la terre. Le chemin est très étroit et je sens que ça glisse de plus en plus.

Je colle mon nez au pare-brise et passe en mode 4×4 (une chance, vraiment). Je roule encore un peu avant de me dire que j’ai dû me planter de route! Je demande à Valérie par sms de me confirmer que sa maison n’est pas au beau milieu de nulle part, Elle se demande où je peux bien être, le chemin ne lui dit absolument rien!

Je commence à avoir très très chaud, mes roues glissent énormément et j’ai du mal à garder une trajectoire. Il va falloir que je fasse demi tour, mais pour cela, je dois encore continuer quelques mètres. Un champ s’ouvre à moi et la possibilité de tenter un changement de direction. J’ai les mains qui glissent sur le volant, presque autant que ma voiture sur ce sol qui ne veut plus me soutenir!

Je tourne à gauche au ralenti, je commence une petite boucle dans le champ, et je me retrouve face à une pente énorme, dont je ne peux que soupçonner l’incidence, vu que mes phares n’éclairent pas vers le bas… J’ai tellement peur de faire des tonneaux que je retiens mon souffle, le vide semble vouloir aspirer mon véhicule et moi avec, ça glisse encore plus que sur la neige! Je prie pour ne pas finir embourbée!

Je parviens enfin à retourner, dans le sens de la descente, sur le chemin instable qui me ramène vers la route. La voiture chasse, ce qui est inhabituel en 4×4. J’espère ne pas me prendre le mur de pierres à droite, bien qu’il semble attirer ma voiture plus que de raison… Je parviens enfin à retourner sur la route, et lorsque j’arrive chez Valérie, je me rends compte que j’ai roulé dans la boue, et que j’ai complètement labouré un champ de vignes au repos, emportant sous ma voiture la moitié de la végétation locale. le lendemain je retrouverai même un sapin coincé dans une de mes roues!

Merci mon GPS foireux! Et maintenant que je suis en vie et en sécurité à Paris, venez me raconter vos fails aussi!

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions au sujet de « Le GPS foireux de l’enfer »

  1. Ah bah là pour le coup ça me fait écho… Septembre je pars avec mes loulous en week-end en Lozère rejoindre une amie. A 2km de l’arrivée, le GPS me dit de prendre un petit chemin qui rentre dans une forêt Je continue, le chemin se resser tellement que les ronces grincent sur ma carrosserie Des caillasses énormes, obligé d’avancer je ne peux faire demi tour. La panique, les enfants ont peur et moi aussi Dans un dernière crise de panique je fais demi tour ressort du chemin me retrouve dans un hameau de 3 maison, des chiens me gueulent dessus, et… Mon pneu est crevé. Il est 22h passé on aurait dû arrivé 45 min avant. Une maison éclairé j’appelle à l’aide le monsieur me change le pneu et m’escrote jusqu’à la bonne adresse. Ma fille avait saigné du nez, du sang partout sur elle et sa ceinture. Bref ma soirée horrible qui m’a empêché de dormir correctement plusieurs jours lol

  2. Omg 🙂 moi aussi il me dit des trucs pas’possible genre il’ne Connaît pas le numéro 12 mais le 13 de la rue ok.. ou le fait prendre des rires ou je rends compte que je suis à contre sens … depuis j’utilise waze merci !

Un commentaire sur ce voyage?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.