Le fantasme de l’hotesse de l’air

fantasme de l'hotesse de l'air

Le fantasme de l’hotesse de l’air

Depuis des semaines, pour assurer la promotion de mon livre, je me plie à la loi des interviews et réponds bien sagement aux questions qu’on me pose sur mon recueil d’anecdotes, sur ma vie de maman, et sur mon métier. Et croyez le ou non, la question qui revient le plus souvent, c’est: « Pourquoi l’hôtesse de l’air fait-elle fantasmer? »… Je ne m’étais jamais posé cette question avant. Mais en effet, il faut bien l’avouer, ma profession fait rêver les petites filles, et… leurs papas!

D’où vient ce fantasme de l’hotesse de l’air? Pourquoi ce métier fait il saliver les hommes? Pourquoi avons nous cette réputation sulfureuse? Il me faut remonter à la genèse de ce métier, au temps où l’élite des populations seulement voyageait au vu du prix des voyages, et où les hôtesses de l’air étaient assez… décoratives!

De jeunes et jolies femmes célibataires, sans enfants, cultivées, raffinées et élégantes qui accueillaient les clients fortunés et chanceux à bord des aéronefs. Des tailleurs de grands couturiers, des avions aux cabines luxueuses. Ces jeunes femmes étaient là pour rassurer des clients majoritairement masculins. C’était à l’époque un métier d’apparat pour de nombreuses jeunes filles qui rêvaient de voyages et de belles rencontres avec des hommes riches!

L’hôtesse de l air était également l’archétype de la féminité. C’est un peu moins de nos jours je pense, mais à l’époque, les hôtesses de la vieille Pan Am par exemple, belles, parfaites dans leur uniforme, éduquées, maternelles, toujours souriantes, donnaient certainement de drôles d’idées à leurs passagers! Certains même souffrent d’un complexe quasiment oedipien: ils voudraient se faire chouchouter comme des enfants par une belle et douce maman, qu’ils aimeraient attirer dans les toilettes comme une vulgaire prostituée.

Plus tard, Emmanuelle, héroïne d’une série de films sensuels est rentrée dans le fameux club des 10000 dont on me parle si souvent en interview. Pour faire partie de ce fameux club, il faut avoir consommé du sexe a plus de 10000 mètres d’altitude, soit en croisière d’un vol long courrier! Comme dans le film Emmanuelle, les toilettes sont l’endroit le plus pratique (pas forcément le plus propre), mais attention en cas de dépressurisation ou de fortes turbulences, les blessures pourraient être assez importantes! Commettre des actes sexuels sur son siège est encore moins prudent, lors de mon dernier vol nous étions cinq membres d’équipage à rire comme des ados en surveillant le passage à l’acte!

Notre belle profession et nos avions sont donc auréolés de sensualité et il n’en faut pas plus pour en faire un véritable fantasme! L’uniforme, qui nous donne une silhouette harmonieuse et nous confère un certain pouvoir, une autorité sur nos passagers, fait craquer ces messieurs. Souvent, on se rend bien compte que peu importe notre physique, ils ne le voient même pas. Quand un homme se met à bord à draguer successivement toutes les hôtesses de l’air de l’équipage, c’est la profession qui le charme, pas la femme en tant qu’individu!

Parfois nous nous sentons flattées, mais la plupart du temps, sous couvert d’humour, c’est juste lourd. Nous sommes là pour servir nos clients certes, mais dans le cadre de ce qui est prévu: un apéritif, un repas, une collation. La sécurité, le commercial, et de retour à la maison nos familles nous attendent! Dans ma compagnie, la moyenne d’âge est de 42,9 ans. Nous ne sommes plus des lapins de 6 semaines et les heures de vols avalées nous ont donné de la répartie. Nous ne nous laissons plus faire par ces vieux barbons libidineux qui autrefois se seraient autorisés à des mains baladeuses par exemple!

Ces clients sont souvent des hommes d’affaires qui voyagent trop et trop loin de leurs femmes pour se souvenir de leurs promesses, et qui ont 12 heures pour rêver la tromper avec ces jolies femmes impeccables. Les mêmes que l’on retrouve en « soirée réunion » dans les bars un peu chauds d’Orchard road a Singapour! Leur imagination fertile et débordante fait de nous le symbole de la femme libre qui voyage à l’autre bout du monde et qui en profite certainement pour se faire attraper par des inconnus ou des collègues, ce qui accroit leur désir, et dans leur tête ils se disent qu’ils pourraient être cet inconnu!

Le fantasme de l’hotesse de l’air a la dent dure, il est plus fort que notre fatigue et notre envie de repos vital en escale pour nous remettre de ces heures de vols avalées et du décalage horaire accumulé. Si au moment du service du petit déjeuner, à la fin du vol, lorsque les passagers se réveillent un peu déboussolés et qu’ils ouvrent les yeux, nous sommes debout et souriantes, en apparence fraiche comme la rosée du matin, sachez que la seule chose à laquelle nous aspirons sous cette épaisse couche de maquillage, c’est rentrer chez nous, et dormir jusqu’au prochain vol!

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 réflexions au sujet de « Le fantasme de l’hotesse de l’air »

  1. Plus de 30 ans dans l’aviation civile et quelques nombreux déplacements voilà une histoire qui me parle, désormais blagueur je chroniquerais volontiers votre livre en service presse.
    Contactez moi si vous le souhaitez
    Bon vol

    • Oh merci Mary! En fait je m’en fiche un peu, c’est même plutôt flatteur, et j’imagine que le jour où ça n’arrivera plus je serai vexée^^ Ce sont surtout les questions des journalistes qui tournent un peu en rond!

  2. Les hôtesses de l’air ont toujours fait fantasmer parce qu’à la base , nous étions recrutée si nous étions jolies !!!!!! Je me souviens lorsque j’ai été recrutée il m’a été demandé des photos de pleins pieds, de près, et ensuite on m’a pesée et mesurée ….. du coup en fonction des critères du moment tout le monde ne pouvait pas prétendre se présenter , ou n’osait pas …. d’où peut être le fantasme …. je ne sais pas si aujourd hui les recrutements seraient encore ainsi … s il y en avait 😉

  3. Isa, je suis flattée que tu me cites dans ton article force est de constater que les temps ont bien changés puisque même dans les démonstrations de sécurité, il est précisé que la pipe est interdite dans les toilettes c’est de plus en plus difficile de fidéliser nos chers clients !
    Ceci dit c’est L’uniforme qui fait plus fantasmer que la femme . Je me souviens d’un passager qui avait été plus qu’insistant pendant un vol ( j’étais la 8eme merveille du monde) et qui m’a royalement ignoré quand nous nous sommes retrouvés dans l’ascenseur de l’hôtel… En civil

    • Mais comment ne pas parler de toi dans un article consacré au fantasme! Le passager en question devait être bien mal réveillé lorsqu’il t’a croisé en civil, sans quoi il aurai tenté de réaliser un double fantasme: se taper une hôtesse de l’air dans un ascenseur lol

  4. Intéressant tout ça, c’est vrai qu’il y a bien une explication ! En tout cas moi je ne connaissais pas le club des 10000 ^^

  5. J’aimerai bien entendre des histoires de stewart… Y en-t-il ? Des histoires bien sûr 😉
    En tous cas, le fait que les petites filles fantasment sur ce métier, c’est sûr, j’ai moi-même rêvé de le faire pendant longtemps !!! J’aurai même aimé que ma fille le fasse mais bon, elle vomissait dès que l’avion décollait… ce qui, tu l’avoueras, n’est certainement pas un critère de sélection 😀

  6. J’ai épousé un passager rencontré sur un Paris-Nice pendant ma période d’essai à Air Inter (j’avais 2 mois de compagnie)!! Je ne suis pas sûre que ce soit l’uniforme qui l’ait fait fantasmer….en 1981, nous étions encore habillées en orange, des pieds à la tête (calot de groom compris et gants blancs). Sacré look 😉
    En tous cas, il n’avait pas été lourdingue…nous n’avions échangé aucun propos, juste des milliers de regards qui en disaient long sur ce qui fut véritablement un coup de foudre. Il a laissé sa carte de visite à l’hôtesse qui faisait le débarquement, en lui demandant de me la remettre….
    Heureusement, je l’ai rappelé…nous avons eu 3 filles !!

  7. Je ne viens pas souvent te lire par manque de temps et parce que je suis beaucoup plus sur facebook et instagram je dois l’avouer mais j’adore ce que tu écris.
    Si je disais que je ne suis monté dans un avion qu’une seule fois dans ma vie mais pour pas mal d’heures ( Nouvelle Zélande).
    Je pense ( pensées d’un homme de quelques années ) que le fantasme vient là aussi de l’uniforme et en effet du film culte Emmanuelle.
    L’hôtesse est toujours très bien fringuée, maquillée…elles ne sont plus toujours très jeunes et la preuve en est la moyenne d’âge chez toi mais le charme est là et pas besoin d’être une jeunette pour plaire.
    Elles sont toujours gentilles, polies alors que certaines dans la vie réelles doivent être comme tout le monde et c’est normal.
    Je ne fantasme pas sur les costumes mais regarder une jolies hôtesse de l’air a tout son charme comme une jolie femme dans la rue…mais jamais une hôtesse de l’air ne me proposerai un câlin dans un avion…
    Un elle n’aurait pas le temps…et puis et puis…ce serait le rêve…lol

  8. Coucou,
    C’est vrai que, malgré tout, ce boulot n’est pas aussi facile qu’il en a l’air. Je suis bien placée pour le dire, puisque ma meilleure amie est elle aussi dans le domaine. En tout cas, bon courage !

Un commentaire?