Il y a 20 ans…

il y a 20 ans

Il y a 20 ans, j’entrais dans la vie d’adulte. Majeure depuis 4 mois, j’obtenais mon bac, d’extrême justesse, et je passais mon permis de conduire. Je devenais vraiment indépendante et ça me donnait le tournis! Il y a 20 ans, j’allais passer des vacances dans le sud, à Cavalaire sur Mer, là où vivait ma grand mère. Il faisait beau, il faisait chaud, j’étais jeune et insouciante!

Il y a 20 j’avais des rêves. Je venais de rencontrer celui que je pensais être l’homme de ma vie. Il faisait son service militaire dans l’est, il conduisait des chars d’assault. Il y a 20 ans les jeunes hommes faisaient encore leur service militaire en effet! Il était beau, sexy, aux yeux bleus. Et moi je ne savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie, institutrice sans doute!

Il y a 20 ans je vivais en lointaine banlieue et j’étais acceptée à Jussieu, en fac de Lettres Modernes, à Paris. J’allais sortir de mon village et découvrir des modes de vie bien différents! De nouveaux amis, un nouveau rythme de vie, de nouvelles occupations. Mes études étaient passionnantes, je ne me voyais plus les arrêter! D’institutrice je souhaitais maintenant devenir Prof de Français, voire même prof de fac pourquoi pas!

Il y a 20 ans j’étais pleine d’ambition, mais je ne voyais pas encore ce qu’il y avait réellement autour de moi, j’avais les yeux fermés. Il y a 20 ans, je serai passée à côté, ou même très loin de la vie que j’ai aujourd’hui, qui ne me correspondait pas à l’époque, et qui aurait fait peur à la jeune fille timide que j’étais, et à l’amoureux qui n’aurait pas supporté cette indépendance…

Il y a 20 ans, j’aurai préféré faire des concessions plutôt que d’être réellement moi-même. Je n’aurai pas vraiment pensé à moi, à mon accomplissement personnel. J’aurai tout donné aux autres, quitte à m’oublier, complètement. Mais il y a 20 j’ai eu une conversation avec ma grand mère qui m’a profondément marquée. Il y a 20 ans, ma grand mère m’a dit que je ne serai véritablement heureuse que lorsque je ferai un peu plus attention à moi, et que j’arrêterai de vouloir prendre la misère du monde sur mes frêles épaules…

Il y a 20 ans je ne l’ai pas écoutée. J’ai attendu des années avant de comprendre que pour vivre ma vie, il me fallait devenir un peu égoïste, ne pas chercher à donner de l’amour à tout prix, mais apprécier les fois où j’en recevais aussi… Il y a 20 ans je pensais comme Balavoine qu’aimer était plus fort, plus beau que d’être aimée! Maintenant je sais que si l’amour n’est pas au moins réciproque on ne grandit pas ensemble, on en fait qu’un bout de chemin côte à côte.

Il y a 20 ans je n’avais pas idée de quelle serait ma vie à l’aube de la quarantaine. Je ne pensais pas qu’elle serait un feu d’artifices chaud et doux à la fois. Que l’homme qui partagerait ma vie, je l’aimerai autant qu’il m’aime, que je connaitrai la sécurité et le bonheur, que je l’admirerai et que je me verrai belle dans son regard. Il y a 20 ans je n’imaginais pas notre enfant, ce mélange explosif et apaisant de nos deux personnalités, deux nos deux visages, de nos deux caractères!

Il y a 20 ans, si mes choix avaient été différents, jamais je n’aurai vécu cette vie si intense! Malgré la maladie, les déceptions, la stérilité, tous ces combats qui auraient pu me faire baisser les bras, ma vie est celle dont j’aurai pu rêver, si seulement j’avais su que c’était possible d’être à ce point heureuse!

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 réflexions au sujet de « Il y a 20 ans… »

  1. Etant donné qu’on a presque le même âge, évite de dire « à l’aube de la quarantaine » stp… Je plaisante bien sûr. Très beau texte.

  2. Très joli billet <3 On se suit en âge (j'avais un peu moins de 17 ans il y a 20 ans) et enfant j'allais tous les étés à Cavalaire.
    La vie qu'on est souvent bien éloignée de celle qu'on rêvait enfant mais tant mieux, elle n'en est que plus surprenante et piquante…

  3. Rrrrrho, tu me fais monter les larmes aux yeux… Ca fait du bien de lire un billet si positif… Et je viens de penser qu’il y a 20 ans, moi aussi j’allais en vacances à Cavalaire (avec mes parents), j’ai entamé moi aussi des études de Lettres modernes mais ce que je fais est très différent aussi aujourd’hui (éducatrice spé).

    Ps : Ta grand-mère elle a grave assuré, j’adore ses mots.

Un commentaire?