Cette nuit dans un château…

Je suis une princesse, et depuis que je suis en âge d’avoir des petits amis, j’ai toujours rêvé de me marier. J’ai été fiancée une fois, j’étais beaucoup trop jeune, et il m’avait quittée 6 mois plus tard, ne regrettant, je cite, que mes seins… Bref. après des années d’errance, de désert sentimental parsemé d’ilots de connards en tous genres, puis une longue relation sans passion, je l’ai rencontré, lui, mon Prince, mon Amour.

Le jour où nos regards se sont croisés pour la première fois, il a appelé sa mère pour lui dire qu’il avait trouvé la femme de sa vie. Un chouïa extrême, il m’a demandé 15 fois en mariage dans les 6 premiers mois de notre relation. Je lui avais dit que je ne répondrai que lors de sa seizième demande, 16 étant un chiffre merveilleux selon moi. J’ai patienté 4 ans. Enfin patienté… Non, j’ai impatienté, je me suis agacée, j’ai râlé, pesté, j’avais hâte et je souffrais d’empressement chronique!

Et puis je me suis résolue à abandonner cette idée. Ça devait être l’impétuosité de nos débuts qui lui avait fait demander des choses qu’il ne souhaitait plus. En le découvrant jour après jour, j’avais même compris qu’il ne voyait aucun intérêt à ce sacrement. Alors dans chaque endroit magique où nous séjournions, je me disais que ça aurait pu être extraordinaire que ce soit ici et maintenant. Jusqu’à prendre ça à la rigolade, et ne plus y penser du tout.

Je ne te dis pas que quand il a voulu dormir dans le Château du Grand Barrail à Saint-Émilion, en laissant mon fils chez mes parents, je n’y ai pas pensé, l’espace d’une fraction de seconde. Mais j’ai rangé cette idée beaucoup trop romantique dans un endroit secret de mon cerveau, fermé à double tour, presque aussitôt. La jolie ville, le vin, le dîner, la chaude nuit où nous n’avons pas beaucoup dormi, tout était parfait, vraiment. Nous avons raté le petit déjeuner, trop occupés à nous.

Je lui ai demandé de me prendre en photo devant la fenêtre, comme si j’étais vraiment une princesse. Il a souri, parce que je suis un peu énervante avec mes photos (alors que c’est lui le photographe ne l’oublions pas!), et m’a demandé de m’asseoir sur le lit pour regarder le résultat. Son regard était si doux, je lui ai dit que j’étais totalement amoureuse de lui, émue de l’expression que je décelais sur son visage. Et puis il m’a demandé si je voulais toujours qu’on se marie, j’ai répondu que oui, évidemment, mais je n’avais pas réalisé.

Quand j’ai compris, j’ai re-dis oui entre deux sanglots de bonheur, et j’ai pleuré pendant trois jours en regardant la sublime bague ancienne, gage de son amour éternel, qu’il avait mise à mon doigt.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions sur « Cette nuit dans un château… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.