Apprendre à aimer cuisiner avec cook in the world

cook in the world

Ceux qui me connaissent le savent, je suis plutôt mauvaise cuisinière. Et pourtant, j’en ai réussi des bons petits plats! Ce qui me fait défaut à moi, c’est l’anticipation et heu… d’inspiration. Suivre une recette, c’est dans mes cordes. Mélanger les ingrédients, j’en suis capable. Faire cuire le tout sans rien brûler, je dois pouvoir réussir. Mais réfléchir à une recette et faire les courses à l’avance en conséquence, ça n’est pas du tout dans le domaine de mes compétences!

Le résultat, c’est que chez moi, on mange souvent la même chose. Quelques ingrédients de base, toujours les mêmes ou presque, et hop, les quelques plats que je maîtrise sans avoir à réfléchir sont prêts… Pas d’originalité ni de surprise, et même moi je commence à me lasser! Mais quand l’envie me prend de me lancer dans autre chose, j’achète ce qu’il me faut et… j’oublie le tout dans le frigo, n’étant pas là tous les jours…

cook in the world

Le service idéal pour la maman hôtesse de l’air pas du tout organisée que je suis, c’est « Cook in the world » qui le propose! Il s’agit d’un système de paniers repas livrés à domicile toutes les semaines. Pour deux ou 4 personnes, on reçoit de quoi réaliser les repas de la semaine, ingrédients et recettes comprises! Des choses originales, simples, et qui contentent les papilles de toute la famille! Ici ça a égayé nos repas et mon cher et tendre était plus que ravi de ce qu’il avait dans son assiette!

cook in the world

J’ai testé les paniers repas sur une semaine, et j’ai reçu mes ingrédients dans un grand carton. A l’intérieur, les différents légumes dans plusieurs barquettes, les viandes et poissons sous vide, quelques aliments bio et des herbes aromatiques. Mon seule regret, que les légumes ne soient pas conditionnés repas par repas, ou les barquettes filmées car les légumes sont arrivés un peu mélangés et vous avez devant vous la fille qui ne sait pas ce que c’est qu’un rutabaga, qui a cru que c’était un autre nom pour topinambour et qui a donc dû retourner chez le maraîcher pour une des recettes! Ils existent aussi en paniers repas végétariens, et ce sont toujours des légumes de saison.

cook in the world

Les quatre repas cette semaine là étaient composés comme ça:

  • repas 1: poisson, gratin de légumes anciens
  • repas 2: saltimbocca de dinde à la poitrine fumée et à la sauge, purée de topinambour
  • repas 3: Penne à l’ail, au citron et magret de canard fumé
  • repas 4: soupe de carottes et panais, samoussas de chèvre

cook in the world

Je me suis vraiment régalée et j’ai découvert notamment la sauge, que je n’avais jamais eu l’idée d’utiliser, et son goût a été une révélation, j’adore ça! J’ai aussi pu constater que les feuilles de brick étaient très facile à utiliser, pour un résultat garanti! La prochaine fois que je reçois du monde à la maison, j’irai piocher mes recettes parmi celles que j’ai expérimentées via Cook in the world!

cook in the world

Site cookintheworld.fr

Page facebook cookintheworld

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 réflexions au sujet de « Apprendre à aimer cuisiner avec cook in the world »

Un commentaire?