Les amants de l’hôtesse de l’air

L’hôtesse de l’air n’aurait jamais cru avoir plusieurs amants en même temps. Mais, prise dans un tourbillon de vols, de décalages horaires et de rencontres, elle n’avait su dire non, et même si elle était comblée, elle se trouvait dans une situation digne d’un roman de gare. En ce moment, elle fréquentait cinq amants. Chacun avait des qualités essentielles dont elle se réjouissait avant chaque rendez vous. Elle ne pouvait en choisir un seul, ils étaient tous devenus indispensables à sa vie.

En escale ou sur New York où elle vivait, elle multipliait les rendez-vous coquins. Le premier dont elle avait fait la connaissance à bord d’un avion la suivait souvent sur ses vols. Il était riche, elle était devenue son passe temps préféré. Une histoire d’amour un peu désuette, la jeune fille légèrement coincée qui rencontre un millionnaire dont elle tombe éperdument amoureuse, jusqu’à ce qu’elle découvre certaines de ses préférences sexuelles. Il aimait la titiller et la faire vibrer, mais plus que tout, la pénétrer lentement. Cela manquait d’animalité, de fougue. Elle était ravie et flattée qu’il la suive partout ainsi, elle pouvait jouir en escale, elle n’était plus jamais seule. Mais elle souhaitait rencontrer d’autre amants avant d’être sure de son choix.

C’est à Paris qu’elle avait fait la connaissance d’un français au romantisme digne d’un téléfilm de l’après midi. Il l’avait immédiatement séduite de part son côté mystérieux. Elle connaissait la réputation des français et souhaitait plus que tout expérimenter le fameux French kiss. Un vrai baiser profond, entre ses jambes. Et cet amant là pouvait donner des leçons à tous les hommes. Sa langue était dotée d’une dexterité incroyable et à peine elle rencontrait son sexe, l’hôtesse de l’air frémissante devait retenir un orgasme puissant. C’était complètement fou, il savait exactement quel endroit caresser, à quel rythme, avec quelle puissance. Instantanément mouillée, elle ne pouvait que savourer le plaisir qui remontait telle une boule de feu brûlante dans son ventre tandis que sa langue agile massait son clitoris à la perfection…

En parlant de feu, elle repensa soudain à l’un de ses amants favoris, rencontré lors d’une commémoration conjointe entre sa compagnie aérienne, touchée de plein fouet en 2001 par un acte terroriste inhumain, et le corps des Pompiers de la ville de New York, qui avaient alors payé durement son tribu lors de ce bien triste évènement. C’est entre plusieurs longs discours commémoratifs qu’il avait fait sentir sa présence réconfortante. Son physique l’avait poussée à essuyer les larmes qui coulaient sur ses joues et sans qu’elle comprenne comment c’était arrivé, il s’était retrouvé dans son lit et lui avait arraché sa petite culotte. Elle se sentait telle une demoiselle en détresse que le pompier venait sauver des flammes avec sa grosse lance. Le fait est que le feu, il n’allait pas vraiment l’éteindre, bien au contraire… L’orgasme, LES orgasmes qu’elle allait avoir ce jour là lui firent sortir du fond de sa gorge un cri ressemblant à une sirène d’alarme. Impossible de le bloquer. Elle se retrouvait, hurlante, dégoulinante de sueur, allongée sur son lit à ne plus pouvoir bouger, paralysée par la puissance de ses sensations…

Le millionnaire ne la suivait pas partout, il ne se sentait pas très à l’aise en Afrique, alors elle passait beaucoup de temps au bord de la piscine avec ses collègues. L’un deux, puissamment musclé, faisait des longueurs depuis bientôt une heure dans une eau plus que chaude. Emoustillée par cette vision, le collègue était un des plus beaux hommes qu’elle avait jamais vu, avec des yeux incroyables et des cheveux juste assez long pour s’y agripper lorsque… Mais son esprit divaguait, il était marié. Ressentant le besoin de se dépenser, elle envisagea de prendre un cours de tennis. Le coach était superbe, un africain vraiment bien bâti. Après la leçon de tennis elle voulu remonter prendre une douche, et le bel athlète la suivit dans sa chambre. A peine fatigué par l’heure de tennis en plein soleil par 29 degrés à l’ombre, c’est avec une fougue et un membre bandé impressionnant qu’il entreprit de la pénétrer. Tel un expert de l’anatomie des femmes, il ne lui fallut que quelques secondes pour trouver le fameux point G et lui déclencher un orgasme énorme. Puis un autre, et encore un autre. C’était sans fin, elle frôlait l’épuisement! Une fois seule dans son lit, elle se dit même qu’elle allait demander ce type d’escale un peu plus souvent finalement!

Lorsqu’elle arriva à Rio, la semaine d’après, elle ne s’en était pas encore vraiment remise, et se remémorait les sensations inattendues que lui avait procuré le coach de tennis à l’hôtel. Rêveuse et sirotant une Caïpirhina sur le bord de la promenade de Arpoador, elle contemplait sans les voir vraiment les dizaines de surfeurs qui affrontaient les vagues avec plus ou moins de réussite. Perdue dans ses souvenirs, elle ne vit même pas l’un d’eux se rapprocher d’elle, la planche sous le bras. Pas très grand mais musclé et bronzé à souhait, c’est son accent chantant qui la tira de sa rêverie. Il s’était assis dans le sable tout près d’elle et ses yeux brillants et malicieux accrochèrent son regard. Il semblaient dire « pourquoi pas? ». Et c’est avec des papillons dans un ventre qui se contractait déjà à l’idée du plaisir qu’il allait lui donner qu’elle le suivit dans une charmante posada toute proche. Le goût du sel sur sa peau, les quelques grains de sables accrochés à ses cheveux, l’odeur du soleil, tout était une incitation à un voyage exotique. Ce fut un amant parfait. Il la fit jouir plusieurs fois, tantôt brutalement, tantôt avec une grande douceur. La soirée, la nuit, puis la journée du lendemain s’écoulèrent au gré de leurs envies de sexe. Elle reparti de Rio en lui promettant de le recontacter vite, elle avait l’impression de ne pas en avoir fini avec lui, petit surfeur Carioca.

La voilà avec 5 amants, qu’elle voudrait pouvoir emmener partout avec elle. Impossible pour elle de choisir entre eux. Ils sont bien trop complémentaires! Au fil du temps elle devient gourmande, ne pouvant plus se passer des uns ou des autres, et elle décide un jour de les emmener tous les cinq le temps d’une escale, qui promet d’être l’une des meilleures de sa courte carrière. Arrivée au poste d’inspection filtrage de l’aéroport, elle sent qu’il y a un problème avec sa valise. On lui demande alors de l’ouvrir, elle aimerait pouvoir se mettre à l’écart mais le seul endroit disponible lui fait dévoiler le contenu de sa valise aux yeux du reste de son équipage. Elle aurait donné n’importe quoi pour ne pas avouer qu’elle avait décidé d’emmener en voyage ses 5 amants, mais l’un d’eux s’étant mis à vibrer aux rayons X, il lui faut malheureusement mettre au grand jour la totalité de ses vibromasseurs adorés: le millionnaire, le français, le prof de tennis, le surfeur et le pompier…

Masseurs intimes Smile Makers Collection disponibles en grande surface (Monoprix, parashop), au prix de 39,90€ à découvrir ici (un jeu concours suivra bientôt sur ma page facebook)

La mission pour l’émancipation des femmes c’est par ici

Smile-Makers

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions au sujet de « Les amants de l’hôtesse de l’air »

Un commentaire?